Une soirée d’affaires inspirante à Berthier

Sur la photo: André Saint-Martin, Jean-Claude Paillé, Vincent Benny, Jocelyn Désy et René Sylvestre ont parlé de leurs recettes à succès.

Souper experts entrepreneurs de la Chambre de Berthier-D’autray

AFFAIRES. Persévérer, être passionné, travailler fort, faire preuve d’audace et ne jamais abandonner ses rêves sont parmi les ingrédients de la recette du succès en affaires. Quelque 65 personnes s’en sont imprégnées, le mercredi 13 avril, à Berthier.

Vincent Benny (Benny & Co), Jocelyn Désy (Technicomm), Jean-Claude Paillé (Automobiles Paillé), André Saint-Martin (Construction Germain Saint-Martin) et René Sylvestre (EBI) ont évoqué les composantes permettant d’utiliser la route de la réussite.

Captivants

André Saint-Martin est le premier à qui l’animateur Jacques Plante a tendu le micro.

Il a parlé des trois « P » (patience, passion, persévérance). « J’ai toujours aimé mon travail. Si on aime ce qu’on fait, on est dans la bonne ligne », dit-il. Il a expliqué toujours voir plus grand, conserver la volonté de gagner et aimer innover.

« J’aime être en avant », maintient-il. Il veut démontrer que quelque chose est possible même si plusieurs disent le contraire.

Jocelyn Désy a parlé de la passion. Il insiste sur l’importance d’être bien entouré. Il est heureux que sa conjointe qui travaille avec lui ait les mêmes buts, la même vision, les mêmes projets et les mêmes folies.

À une question, il a répondu qu’il est difficile d’attirer du personnel en technologie pour travailler à Berthierville, installée entre les grands marchés de Montréal et Trois-Rivières, pendant que les écoles de formation sont à l’extérieur.

Comme ses frères, René Sylvestre a fait tous les métiers chez EBI; une compagnie qui s’est développée dans les années ’80. « Au fil des années, on a toujours progressé », dit-il.

Ce dernier a parlé de l’importance de bien s’entourer. « On a une équipe hors pair autour de nous », affirme-t-il. Il a fait mention de la bonne entente qui règne entre les membres de la famille. « C’est ça qui fait notre grande force », signifie-t-il.

« La recette du succès, c’est travailler, travailler, travailler », précise Jean-Claude Paillé avant de parler de l’importance d’être bien entouré. Il juge important de prendre plaisir à travailler ensemble.

« Je ne m’entoure pas de “yes man” », affirme-t-il. Parfois, il prend goût à se faire l’avocat du diable. Le résultat des discussions est parfois surprenant.

Outre le marché québécois, son entreprise vend environ 10 000 véhicules par année aux États-Unis. La compagnie y est arrivée pas à pas.

« N’abandonne jamais tes rêves et entoure-toi de gagnants. J’ai appris ça », répond-il à quelqu’un voulant savoir s’il y a eu un élément déclencheur à son succès.

Vincent Benny a parlé de l’importance du travail. « Il faut vraiment être déterminé », dit-il. Il a noté sa fierté envers le travail d’équipe. « On n’a pas eu le choix de se saucer dans la sauce », déclare-t-il avec humour au sujet de l’implication de tous les membres de la famille dans l’entreprise, dès le plus jeune âge.

Il a abordé rapidement les projets de croissance de l’entreprise. « La machine ne fait que commencer… », signale-t-il.

Des applaudissements nourris envers la générosité des cinq gens d’affaires ont marqué la fin de la rencontre.

Texte et photo Pierre Bellemare Tc Media

Nous joindre